Nouvelles

Le «guide de survie» pendant les Fêtes

© Schweizerische Vereinigung Morbus Bechterew

L'association américaine de la spondylarthrite SAA a publié un «guide de survie» pour les Fêtes par une psychologue pour les personnes concernées.

De Liz Maines*

Les fêtes et la spondylarthrite ankylosante - quel mélange !  Vivre avec cette maladie chronique nous oblige souvent à porter une attention particulière à notre bilan énergétique. Et l'agitation des Fêtes peut nous mettre au défi, tant sur le plan émotionnel que sur le plan physique. J'ai donc voulu donner quelques conseils que j'ai appris et qui peuvent vous aider à «survivre» et peut-être même à profiter de la période de Noël.

Avant de faire des plans, prenez en considération votre santé physique et émotionnelle actuelle. Nos cerveaux font souvent des chèques que notre corps ne peut pas encaisser. Pensez à ce que vous voulez faire et si cela a du sens. Par exemple, vous pouvez décider de NE PAS voyager pour rendre visite à la famille parce que c'est trop difficile pour vous. Souvent, notre famille et nos amis oublient que nous vivons avec une maladie chronique pratiquement invisible ; c'est à vous de le rappeler et de la ralentir pour ne pas tomber malade. Il peut être difficile de fixer des limites, mais il faut s'entraîner à dire non. Je ne me sens pas coupable et je délègue certaines choses. Ceci devrait être le nouvel (ou l'ancien) état normal. Faites du prochain repas familial un buffet et permettez aux gens d'apporter certains plats au lieu de tout cuisiner eux-mêmes. Si l'achat de cadeaux est stressant, envoyez des cartes à vos proches et dites que vous avez fait un don à un organisme de bienfaisance en leur nom. L'idée est de simplifier les choses et de les rendre plus faciles pour vous-même.

Respectez autant que possible votre routine régulière. Si vous êtes invité à une fête, essayez de ne pas rentrer trop tard et d'aller vous coucher à l'heure habituelle. Ou mangez un repas sain avant de sortir pour ne pas manger trop d'aliments malsains.

Je ne dis pas qu'il ne faut pas s'amuser, mais que c'est une bonne idée de rester conscient des conséquences possibles et de choisir les activités et les choses consciemment et sagement. Ne buvez pas trop d'alcool pendant les vacances. C'est juste que vous vous sentez mal physiquement et émotionnellement. Si vous êtes déjà sujet à la tristesse ou à la solitude pendant la période de Noël, l'alcool ne fera qu'empirer les choses.  

Après tout, tout le monde ne fête pas les mêmes fêtes. Les médias veulent nous faire croire que nous devrions tous célébrer et être heureux, bien que de nombreuses personnes éprouvent des difficultés émotionnelles pendant les fêtes. Si vous faites également partie de ces personnes, communiquez avec vos amis, votre famille, vos employés ou un groupe de soutien.  Ne vous isolez pas. Sortez de la maison. Oui, nous luttons contre le mouvement, la douleur et la fatigue, mais la recherche a démontré que le simple fait de quitter notre environnement familier aide à réduire la tristesse. Il peut être difficile de s'y mettre, mais c'est important. Voici quelques idées : Appelez un ami pour aller au cinéma, faites du bénévolat auprès d'animaux de compagnie au refuge, joignez-vous à une classe communautaire, chantez dans une chorale !

Ok, maintenant je vais utiliser le «mot en B», «bouger». J'entends déjà les râles… mais ça nous aide tellement ! L'exercice réduit les symptômes négatifs de la santé mentale et du stress dans la vie. Il réduit également les hormones du stress qui contribuent à l'inflammation. Pensez donc à faire quelque chose et commencez petit si vous voulez. Garez-vous un peu plus loin de la porte de l'épicerie, marchez dans le centre commercial, nagez dans une piscine si vous avez le luxe d'en avoir accès. Plus important encore, bougez votre corps !

N'oubliez pas de pratiquer la gratitude tous les jours, car cela peut aider à réduire le stress émotionnel. Pensez à une chose pour laquelle vous êtes reconnaissant chaque matin avant de vous lever, et à une chose avant de vous coucher le soir. Cela peut être difficile pendant quelques jours, mais avec le temps, vous constaterez que cela vous aidera.

Enfin, profitez des vacances ou simplement du temps libre supplémentaire. Y a-t-il une activité spéciale que vous pouvez faire et transformer en rituel ? Ma famille a un rituel des fêtes que j'adore. Nous nous rencontrons et regardons nos films de Noël préférés tout au long du mois de décembre. Entendre le rire me fait vivre l’instant présent et parfois même j'oublie que j'ai une maladie chronique.

Je vous souhaite santé et paix en cette période de l'année et toute l'année.

*Liz Maines est psychologue clinicienne agréée et exerce à Sana Fe, Nouveau Mexique, États-Unis. Elle vit avec une spondylarthrite ankylosante (maladie de Bechterew).

Les cookies nous permettent de vous fournir plus facilement nos services. Avec l'utilisation de nos services, vous nous autorisez à utiliser des cookies.
En savoir plus D'accord